mai 13, 2017

KATAS

Les Katas du Goju-Ryu

Le Goju-Ryu comme tous les styles utilise les katas comme la base du travail du pratiquant.

Taikyoku (太極)
Cette série de Kata a été introduite par Gogen Yamaguchi et  est principalement utilisé par les débutants du Goju Kai. Le but de cette série de kata est d’apprendre les mouvements de base ainsi que les positions de base du GoJu (Sanchin  Dashi, Shiko Dashi).
Les trois niveaux de frappe sont utilisés dans cette série (Taikyoku Chudan, Taikyoku Jodan, Taikyoku Jodan).

Gekisai ( 撃砕) littéralement « attaquer et détruire ».
Ce kata a été créé Chojun Miyagi et Nagamine Shoshin pour les débutants afin de leur faire découvrir les techniques de base.
Il existe deux niveaux du kata : Gekisai Dai Ichi & Gekisai Dai Ni. Lors du second niveau le débutant commence à travailler avec les mains ouvertes et découvre la position dite du chat neko ashi dachi.
Ce kata a été inspiré du Shuri-te que Chojun Miyagi a pratiqué de nombreuses années.

Saifa (砕破) littéralement « fracasser et mettre en morceau »
Saifa trouve ses origines en Chine. Ce kata ramené par Higoanna se focalise sur les  attaques et les défenses avec une seule main ainsi que les esquives (latérales et en  reculant).
C’est le premier kata avancé qu’apprennent les élèves de ce style au cours duquel ils travaillent aussi l’équilibre.

Seiyunchin (制引戦) littéralement « attaquer, conquérir et  supprimer »
Seyunchin utilise les techniques de saise, de projection avec des attaques à différents niveaux.

Seipai (十八手 ) littéralement « 18 »  comme 18 mains
Seipai incorpore des attaques dans les quatre directions classiques mais aussi à 45 degrès.
Ce kata inclue aussi des techniques de combat rapproché.

Shisōchin (四向戦)  littéralement « combat dans les 4 directions »
Ce kata utilise des techniques de poing puissantes (shotei tzuki) ainsi que des blocages circulaires.
Shisochin était le Kata favori de Miyagi.

Sanseirū (三十六手) littéralement « 36 »  comme 36 mains
Kata principalement dédié au combat rapproché enseignant les déplacements à utiliser dans ce type d’exercice ainsi que le coup de pied Kansetsu Geri permettant de stopper le déplacement de son assaillant.

Kururunfa (久留頓破) littéralement « s’approcher doucement et attaquer rapidement »
Kata basé sur la technique chinoise dite de la mante religieuse.

Seisan  (十三手) littéralement  » 13″ comme 13 mains
Seisan est très certainement le kata le plus emblématique du Naha-Te (on le retrouve notamment dans le Uechi-Ryu).

Suparimpei (壱百零八) littéralement « 108 » comme 108 mains
Il est aussi connu sous le nom de  Pechurin (百歩連). Il avait initialement trois niveaux de difficulté. Miyagi choisit de n’en laisser qu’un (le plus complexe’. Pechurin était le kata favori de Higaonna Sensei.

 

Sanchin (三戦)  littéralement  « les trois conflits ».
Sanchin est la base pour les katas suivant avec avec une position particulière (Sanchi dachi) Il permet de commencer à travailler à la resolution du conflit entre sa conscience, son corps et son esprit.
Il peut s’apparenter pour certains à un kata méditatif orienté sur l’énergie interne, la force interne, la respiration profonde.
Contrairement au Uechi-Ryu où Sanchin est le kata de base; en Goju-Ryu on commence à étudier Sanchin après quelques années de pratique.

Tensho (転掌) littéralement « mains en mouvements
Ce kata se concentre sur la respiration profonde et dans ce sens se rapproche de Sanchin.
Comme celui-ci c’est un kata méditatif mixant force et souplesse des mains.
Il peut être considéré comme  le penchant souple de Sanchin.